Claude Charbit nous a quittés

Nous avons appris récemment le décès de Claude Charbit. Entré à l’Académie des sciences commerciales sous la présidence de Jacques Beauchet, il fut trop peu de temps des nôtres, frappé par l’inexorable et longue maladie d’Altzheimer.

Le parcours de Claude Charbit

Son parcours dans l’univers du marketing en France et à l’international est exemplaire. Né à Alexandrie et rapatrié à l’âge de 12 ans lors de la nationalisation du canal de Suez, il poursuit ses études (licence en droit et Sciences Po) avant de rejoindre Nielsen France où il gravit tous les échelons pour en présider les destinées de 1979 à 1991, avec en outre la direction de la zone Europe de l’Ouest les cinq dernières années.

Homme de stratégie et de développement, c’est au cours de ces années que, sous son impulsion, sont notamment créés : le Panel International, connu pour “l’opus” des prix Leclerc et dirigé par notre regretté confrère Michel Choukroun ; le top 50 d’Europe 1 fondé sur les ventes réelles ; la mesure d’audience télévisée en partenariat avec la 5 et Sofrès. À cela s’ajoutent le développement des études de marché à destination de la grande distribution accompagnant celui des MDD et facilitant le dialogue des distributeurs avec nos clients industriels; la création et l’animation de la chaire grande consommation de l’ESSEC dirigée par Daniel Tixier puis Rémy Gérin.

Après un passage chez Havas advertising et le groupe Sofrès, Claude rejoint le groupe IRI, concurrent frontal de Nielsen, en tant que PDG en France et VP exécutif en Europe pendant huit ans. Les faits marquants de cette période sont, d’une part, les possibilités offertes par la transparence des données enseignes (jusque-là, la segmentation était limitée au groupe des indépendants (Leclerc, Intermarché, Système U) et celui des centralisés (Carrefour, Auchan, Casino), d’autre part, les possibilités offertes par la généralisation du scanning et les moyens de traitement des big data, ce qui permet de remplacer l’extrapolation d’un échantillon de magasins par l’obtention de l’exhaustivité des sorties de caisse de l’univers des magasins (le “Census”).

Enfin, Claude participe à l’implantation (en 2003) et à la croissance du groupe américain NPD en France (Global Beauty) qu’il préside et en Europe où il est en charge de la stratégie et du développement.

Une homme cultivé

Ce déroulement de carrière est aussi celui d’un homme cultivé, chaleureux, sensible aux rapports humains et non dénué d’humour. Son humanisme trouve à s’exprimer ces dernières années au sein de l’association ADN (aide pour le don en nature) qui combat la pauvreté. La récupération des produits retirés des circuits de distribution s’effectue au travers de partenariats entreprise (industriels et distributeurs) que Claude est chargé de nouer.

« Ce fut pour moi une chance et un plaisir d’être son ami et de travailler à ses côtés. »

Jean-François Bosquet
membre de l’Académie des sciences commerciales

Laisser un commentaire